> Accueil > Balades et activités du Team > Rallye Cézanne 2008

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
Saison 2002
Saison 2003
Saison 2004
Saison 2005
Saison 2006
Meetings VFR : rassemblements nationaux de VFR
Saison 2007
Saison 2009
Saison 2010
Saison 2017

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Philou et le MIB au Rallye des Volcans
La ronde cévennole
Rallye de la Fourme 2008
Les repérages du Rallye de la Fourme
Philou au Rallye du Dourdou
Lavandes Trophy 2008



logo ARTICLE 734




Rallye Cézanne 2008
OU COMMENT LES CH’TIS FOURMIEUX ONT RIDICULISÉ LES SUDISTES ANISÉS !

mardi 17 juin 2008, par Nicolas, Vskwal



-  EPISODE 1 : Pinard, brouillard mais gros panard !

Le week-end du 1er juin, le Nico et le Skwal sont allés représenter le Team au Rallye Cézanne organisé par nos amis Fredo et Gégène, 2 affreux sadiques des virolos habitant Aix en Provence !

Voici Eugène et sa monture. Méfiez vous de l’eau qui dort, sous cet air jovial se cache un boulocheur de gomme, un rapeur de cale pieds en chef... bref c’est du sérieux !

Mais malgré cette opposition de qualité, nous au Rallye de Cézanne et ben nous avons fait plus que bonne figure !

Nous sommes partis samedi matin de chez Nico, dans la Drôme provençale, pour rejoindre nos hôtes à Aix -en-Provence.
Un petit coin de paradis, chez le Nico, ceux qui auront la chance d’être là pour son Lavandes Trophy le 14 juillet prochain pourront savourer !

Au programme du roulage du jour :
Vaison-La-Romaine->Le Ventoux->Sault->Apt->Lourmarin->Aix

Un roadbook à faire saliver plus d’un auvergnat resté se geler les couilles en pays Ambertois !

On n’avait pas fait 10 bornes que déjà un premier arrêt s’imposa : un élément essentiel il nous fallait apporter, je veux dire du Côte du Rhône de bonne facture pour nos amis sudistes.
Et oui, le "ch’ti fourmeux" est généreux, chacun le sait, et coup de bol, une cave de derrière les fagots se mit en travers de notre route du côté de Tulette, donc obligation de nous arrêter pour une dégustation des familles.
Nous avons trouvé le nectar qu’il fallait, 10h du matin : premier objectif atteint !

Le second devait nous emmener au Mont Ventoux après une montée d’anthologie, mais nous avons du vite déchanter !

Une put... de course cyclotouriste hollando-belge est venue nous pourrir l’ascension puis la descente de cette route mythique !





Du jamais vu, 50 000 gugusses dont la moitié de bataves et le reste de vrais ch’tis (mais belges) et de teutons, lâchés en vrac sur la route avec voitures suiveuses, caméras-motos, fourgonnettes d’assistance et tout le toutim !
Un vrai bordel, limite dangereux, mais bon, un vrai régal tout de même que de slalomer entre celui qui descend à blinde sur son vélo en décalant tout à gauche pour couper tous les virages et l’autre qui monte en face en danseuse en titubant et en faisant des écarts d’un bord à l’autre de la chaussée !

Sans oublier dans cette pagaille les assistants, les suiveurs, les motos caméra embarquée qui se croisaient et se décroisaient entre les 2 files des grimpeurs et des descendeurs !
Voyez un peu le tableau :

Pire que le Tour de France je vous dis, avec le Skwal et le Nico un brin énervés de la poignée au milieu !!!

Et pour couronner le tout, tout ce joyeux monde dans un brouillard à couper au couteau "qu’on leur aurait bien crever les pneus avec" !











Une allure de guerrier, un look d’aventurier... un vrai motard... un pur un dur le Nico !

Et comme tous ces cyclistes à la con, on a également crié victoire :
"le Ventoux, nous aussi on l’a fait !"





Bref, sans encombres nous sommes arrivés à Sault pour ensuite filer sur Apt par le plateau d’Albion et la fameuse descente par Rustrel, un moment de pur bonheur, cette portion est dantesque !

Apt, porte du Lubéron, pause repas en terrasse au soleil, la météo nous avait épargné jusque là, contrairement à ce qu’elle avait annoncé !

Retour sur nos montures un peu moins légers, mais pas moins véloces, pour la dernière partie toute aussi virevolteuse jusqu’à Aix en passant par Buoux (grand site d’escalade pour ceux qui connaissent), la combe de Lourmarin, Rognes, Eguilles. Un régal, sauf que à Rognes, un mammouth en forme de goutte d’eau est venu s’écraser sur nos visières et perturber notre rythme, alors pour éviter la mésaventure du prez en Italie, nous avons du faire un arrêt scaphandrier.

Bien nous en a pris, car là on s’est prit des seaux d’eau genre 10 cm en 5 mn sur la route dans les creux ! Au bout des 5 mn, plus rien, route sèche !
M’enfin, nous étions restés au sec, si nous avions zapé les combardes de pluies, il aurait fallu plus du week-end pour faire sécher les cuirs !

Ce fut la seule fois où l’orage nous surprit ! Même le dimanche, où là la météo s’annonçait pire encore, nous sommes passés au travers !
Un coup de bol monstrueux, du genre de celui du retour d’Oléron l’an passé où l’alerte orange avait été lancée sur tout notre trajet d’ouest en est, et pas une goutte sur la visière !!!

Arrivée à Aix, accueil chaleureux des "ch’tis fourmeux" par les sudistes, puis en route pour un dîner chez Eugène et Rimo (nous étions conduits en voiture bien entendu, nous avions comme un pressentiment !!!).

Rimo avait préparé un couscous fabuleux entièrement fait maison, en un mot extraordinaire !

Après le champagne et le fameux vin dégusté et embarqué au départ, qui coulèrent à flots, nous en menions pas très large après notre jardinage de la journée.

C’est à ce moment là qu’on s’est dit qu’il était possible que ce soit une ruse des sudistes pour éliminer les nordistes du rallye du lendemain !!!
Ils avaient la trouille que les "fourmeux" bousculent la hiérarchie et remporte haut la main le rallye !
Le Team impressionnait visiblement, bonne mère, on n’était pas loin des magouilles de l’OM avec Valenciennes !!!



Remarquez à voir la tête des "locaux" après le repas, z’avaient pas l’air d’être au mieux de leur forme non plus !


D’autant plus que la soirée était loin d’être terminée, Fred nous mit la pression pour l’accompagner à terminer le balisage du départ du Rallye !
1h du mat’, frontale vissée sur le crâne, chasuble fluo sur le dos, pancartes sous le bras, fil de fer et pince coupante dans la poche, nous voilà dans la nuit noire à faire les apprentis spéléos à la recherche des rond-points stratégiques !

Damned, ils voulaient bien nous user jusqu’à la moelle, les sudistes !

Mais ils ne nous ont pas eu, et nous avons su garder notre sang froid :

De retour chez Fred de ce périple, toujours vivants (coriaces les nordistes !), sous la torture j’ai du accepter de dormir avec le Nico, ultime épreuve pour nous achever !
Désolé Méjasse, j’ai pas pu refuser, j’ai pensé très fort à toi et je te jure qu’il ne s’est rien passé !
Ah ! La bonne nuit réparatrice tout de même !

PS : Les ch’tis fourmeux, c’est comme ça que les sudistes nous appelé tout le week-end, alors nous avons joué le jeu !! Faut dire que pour les marseillais et les aixois, si t’habite à Salon de Provence t’es un nordiste, si t’es d’Avignon t’es pratiquement belge, et si t’es de Lille t’es un esquimau Miko !


- EPISODE 2 : Comment le Team les a tous enfumé !

Après une nuit cauchemardesque ( nous étions poursuivis par des diablotins aux couleurs de l’OM nous poursuivant fourche à la main sur leur moto) mais calme sur le plan du niveau sonore (aucun ronflement du Nico façon Méjasse dans ses moments de grosse fatigue), nous furent réveillés en catastrophe par les rayons du soleil.
Damned, 7h45 et le rencard au départ du Rallye est à 8h30 à 20 bornes de là ! Ejection du lit, saut dans nos cuirs, brossage de chicos (y avait comme une haleine de poney au fond de nos gosiers), enfourchement de nos montures et Go ! Arrivée tip-top sur l’aire de départ où tout le monde nous attendait !
Et sans le plein d’essence !
Mauvaise pioche, on partait déjà mal !
Mais la suite allait vite effacer ce handicap, ha ha !

Le départ, super encadré, eu lieu au magasin Big Store dans la zone commerciale de Plan de Campagne.

Z’avait même prévu une Goldwing les chacals sudistes... histoire qu’on se fasse humiliés en étant pourris par un local en 30 tonnes ! Faut dire qu’il avait entendu parler d’un de nos membres s’étant fait mettre minable par une Gold en Livradois Forez...
Mais c’était sans compter sur notre maitrise experte de la trajo, du freinage tardif... des Rossi en puissance les deux Ch’tis Fourmieux !

Passage des motos au banc d’essai pour petit check-up freins-pneus...

...là ça a duré un peu car le brélon du Skwal c’est quelques chose !
Puis présentation du permis+carte grise+carte verte, attribution du numéro de course, distribution du pack eau+autocollants+portes-clés, transmission du road-book du matin uniquement, avec questionnaire départ et photographies de paysage à reconnaître sur l’itinéraire, bref, tout cela sans aucune indication littérale de lieu ni de route ! Démerdez-vous quoi ! Une organisation de pro !

On a juste eu le temps de faire la traditionnelle photo "Huguy t’as pas les boules là" et après on part en vadrouille !

Même si nous avions chacun nos numéros, nous avons décidé de faire équipe Nico et moi, histoire d’unir nos forces contre cette armada de sudistes hostiles et aux langues bien pendues, tels des hooligans anti fourmeux !!

Evidemment quasiment les derniers inscrits, nous voilà partis pour un jardinage d’enfer dans l’inconnu. Mais c’était sans compter notre perspicacité et notre pilotage au cordeau !

1ère étape : Cadolive
Fingers in the nose, gaz en grand, déjà 2 groupes rattrapés, questionnaire tout rempli, photo découverte ! Au top, le team... au top !

2ème étape... un peu à l’arrache :
Genre petit détour de 15 bornes (ça a son importance car le classement se faisait aussi sur le kilométrage qui devait être le plus proche possible de l’étalonnage, mais ça, les sudistes s’étaient bien gardés de nous le dire, les voyous !), nous sommes arrivés en fait directement à la 3ème !!!

Nickel chrome devant la cible, photo trouvée, déboulage par des ruelles devant la superbe petite église de Peypin, portes grandes ouvertes sur la messe qui s’y déroulait ! Je ne vous explique pas le barouf, le vin de messe à du tourner au vinaigre !!! Grosse marade !

3ème étape, la 2ème en réalité, du côté d’Allauch :
Banlieue nord-est de Marseille, après une route aux 100 000 virolos qui s’enchaînent en pif-paf sur 6 bornes, du pur bonheur ! Et dans les 2 sens s’il vous plaît ! Le nirvana !

Remontée ensuite et au détour d’un croisement, le 1er jeu, nous sommes arrêtés par 2 sympathiques galinettes du MC Aix pour pousser la chansonnette, mort de rire !

4ème étape : LA SURPRISE du chef !
Au coin du bois, pas les keufs mais notre ami Gégène et son acolyte Yannick, qui nous attendaient de pied ferme pour une dégustation de produit du terroir corse cher à Eugène, rien que pour nous ! Figatelli et brocciu en sandwich, foie gras à la confiture de figue, (petit) canon de rouge, le paradis sur terre ! Sauf que le Nico, le figatelli, il est reparti directe dans la nature !!! Un grand moment !

5ème étape, Peynier :
Facile le Team, partis 32è nous sommes remontés 14ème, la classe, toutes les réponses trouvées, les photos aussi, bref, nous montions en puissance, confiant de notre force !

6ème étape, Puyloubier :
Le 2ème jeu, petit parcours trial en quad, 2 touchettes pour nous, arrgh !

Les sudistes avaient juste avant notre passage déplacé une pierre, les chacals ! L’affaire OM-VA, je vous dis, pas moins !

Mais il en fallait plus pour nous déstabiliser, z’allaient voir de quel bois on allait se chauffer, les mécréants !

Enfourchement de nos montures, et gaz direction Saint-Paul lés Durance pour la dernière étape du matin où nous devions être tous regroupés pour le pique-nique. Et là, du grand, du gros, du gigantesque, de la boulimie de virolos, une orgie de pif-paf jusqu’à Rians ! Le jardin de l’Eden de tout motard, un truc énorme, même pas imaginable dans vos rêves les plus fantasmagoriques de graisseux ! Arsouiller là, mes cocos, c’est un peu comme faire 2 tours de circuit sur une GP, z’aviez ka être là !
Arrivée pour le repas, remise du roadbook du matin rempli en échange de celui de l’aprem après un ultime questionnaire pas piqué des hannetons, mais une formalité pour nous !

Fin du repas, remise des réponses pour avoir droit au fameux second roadbook et au jeu marquant le départ : damned, pétanque, alors là, les gars, c’était le pompon ! Les sudistes reconnus pour être les champions de ce (sport) faute d’être adroits au foot, nous avaient trouvé ce truc bidon pour nous éliminer définitivement !
Petits joueurs va ! Ils devaient savoir que le Nico ne toucherait pas une boule ni au carreau ni à la raspaille ! M’enfin, cette dernière partie se présentait comme un itinéraire de 80 bornes tout à la navigation, sans autres indications, super géniale comme épreuve, genre petits croquis indiquant "à 100m à gauche, tout droit sur 1km puis à droite sur 500m", etc...

Et ce roadbook qui nous ramenait sur Aix, c’était du tout cuit pour nous, le Skwal à la navigation, le Nico aux investigations sur sites, et hop, 3 sites de toute beauté à trouver : Grambois, Mirabeau et le Barrage de Bimont




Grambois, magnifique village provençal

Les Gorges de l’autre coté du barrage du Bimont

On poursuit donc notre route avec un jeu rébus au milieu, plus toujours des photos à identifier, trop facile ! Au dernier pointage (relève des compteurs kilométriques à chaque point de contrôle tout de même !), nous étions 2ème, le Team est GRAND !

Et c’est sur le dernier site au barrage que le coup de grâce de vos fidèles représentants chez les néandertaliens du sud fut porté à nos rivaux du jour !

Skwal décidément greffé d’un GPS dans le cerveau (vous vous souvenez du trajet vers Oléron l’an passé ?!) et Nico encyclopédie universalis (sauf peut-être sur les questions trop techniques, ha ha !), nous avions rejoint le premier équipage !!! Et en moins de temps qu’il n’en faut à un bougnat pour avaler une truffade, nous arrivèrent, et oui, les PREMIERS à l’arrivée à Aix ! Ola les gars, j’entends pas vos acclamations, vos cris de joie, votre hystérie collective devant cette performance de niveau mondiale !
Nous avons franchis la ligne d’arrivée les premiers, après avoir déposé un membre du club local et sa BMW poussive.

Le TEAM venait d’enfumer les "peuchères", les fourmeux avaient mis une raclée aux cro-magnons de Marseille, nous avions fait HONNEUR à notre tout petite association de misère, nous petit poucet face à ce géant de la FFM qu’est le MC Aix !
David contre Goliath, Ulysse contre le cyclope, Shrek face au dragon (non, non, je déconne là !).
MONUMENTAL ! HISTORIQUE !

2 heures d’attente des concurrents de la horde sudiste plus tard, remise des prix et là , avec le Nico, on se disait bien qu’on avait raflé la mise !

Horreur et putréfaction, à la lecture du palmarès, nous déchantâmes bien vite !

Et le résultat final me direz vous ???

Il y a avait trois classements :
- un classement "questionnaire touristique" (fallait répondre juste...)
- un autre pour le nombre de kilomètres parcourus (celui qui en fait le moins et suit le roadbook gagne plus de points que celui qui se plante de direction tous les 1/4 d’heure...)
- un classement "photos" : on nous a donné des photos de montagne, de bâtiment, d’arbres et il fallait dire où elles se trouvaient.

On a fini deuxième sur le classement questionnaire.
On a finit dans les derniers au classement kilomètres : on s’est planté deux fois dans le roadbook...
On avait 98% de juste au photos !

En calculant on a fait 15 ou 20 bornes de plus que les autres... et le mauvais résultat km fait que nous sommes 19e sur 38 au général !!!!

On a crié au scandale, à la sombre magouille sudiste !

On va porter réclamation auprès de la fédération française de moto et de la fédération française de rallye routier pour annuler ce résultat et si ça suffit pas on ira devant la cour européenne de justice !

Les butineurs de lavande et autres ingurgiteurs de 51 avaient ruiné nos espoirs légitimes !
Falsifié les résultats, modifier l’attribution des points pour sauver l’honneur du sud face au ch’tis fourmeux ! OM-VA à coté c’est rien du tout !
M’enfin, vous nous connaissez, beaux joueurs avec notre bon esprit légendaire, nous fîmes contre mauvaise fortune bon cœur, trinquâmes au pot de l’amitié offert et acceptâmes le classement qu’on nous avait attribué !

Mais quand même, nous étions passés à tous les CP, avions répondu complètement à toutes les questions, fait zéro faute aux paysages qu’il fallait reconnaître même dans nos arsouilles !

Et là où nous avons été très très fort, malgré notre quasi dernière place au classement "kilométrage" (je vous avais bien dit que ça avait son importance, les kilomètres !), nous sommes arrivée les premiers au point d’arrivée !!!
Et ça, C’EST ENOOOOOORME !!!!!
Et pour l’anecdote, nous terminons 2ème et 3ème au classement "questionnaire" tout de même, encore une perf du Team !
Je ne sais pas si je vous communique le classement général, bon aller, si, 19ème et 20ème sur 36 équipages !
MAGOUILLE OUILLE OUILLE !!!!!!!!!!!!!

Comble de l’insulte ils ont fait gagner une fiiiiiiiiiiilllllllle.
En plus elle a avoué en recevant sa coupe qu’elle conduisait un 500CB et qu’elle avait pas fait de moto depuis 2 ans !!! Qui peut croire ça ???

Payer une nana pour raconter des mensonges pareils histoire de nous enfoncer davantage dans le déshonneur... ça se règlera dans les virolos du Livradois c’est moi qui vous l’dit !!!

Ah les amis, ce fut un Rallye d’anthologie, la météo nous a épargné et ça c’était pas gagné, organisé remarquablement, avec speaker et partenaires bétons, équipe du Moto-Club hyper rodée et en bien en place, itinéraires fabuleux, comme les paysages traversés, des routes adrénalinisantes à souhait, en un mot, EXTRAORDINAIRE !
Un énorme BRAVO !

Fin de l’aventure, remontée chez Nico le vague à l’âme, fin du (bon, très bon) plan !
On est rentrés par l’autoroute car on était trop nazes.

Le Noooooooooord nous attendait, et on est arrivés vers 21h chez Nico, complètement crevés, la tête dans les étoiles mais les muscles et le foie endoloris par les efforts du week-end !

On s’est fait un pastaga pour pas perdre la main, en écoutant les grillons dans l’jardin, puis une p’tite assiette de pâtes arrosée d’huile d’olive aux truffes...


Merci à Fredo, Gégène, Rimo, Yannick et à tout le MC Aix en général pour ce Rallye Cézanne 2008 qui restera dans les annales du Team !
J’espère, les bougnats, que ça vous a donné envie de participer l’année prochaine,


PS : Grande reconnaissance également à nos deux fières montures qui nous ont emmené et ramené à bon port sans le moindre souci... y’a pas à dire... Honda c’est quand même le top !

Nicolas

Vskwal
Un savoyard reblochonné parmi les bougnats enfourmés




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN