> Accueil > La Dore : La source du Livradois !

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
Liens
Les membres du Team
Conseils techniques
Auvergne
Balades et activités du Team
Notre association
Conseils pour la route
Moi, j’ai essayé...
Les roadbooks
La VFR
Conduite sur circuit
Où se loger à Ambert
Nous contacter

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Les Monts du Forez
Valcivières : Patrie du Team Auvergnat !
Ambert
Burons et nature à volonté : Col des Supeyres



logo ARTICLE 720




La Dore : La source du Livradois !

jeudi 16 août 2007


La Dore est la source du bien être du Livradois.
Elle a permit notamment à ce petit coin de paradis de devenir un grand acteur industriel de la région.

La Dore est longue d’environ 134 km et est l’un des trois principaux affluent de l’Allier (avec la Sioule et l’Alagnon), dont le bassin est situé, pour sa majeure partie, dans le département du Puy-de-Dôme.

Elle y prend sa source et se jette sur la rive droite de l’Allier quelques centaines de mètres avant la frontière du département du même nom.


Apparenté à celui du Douro, son nom provient de la racine hydronymique Dur-, Dora ’eau’, ’rivière’. Sa vallée sépare les monts du Forez, à l’est, et les monts du Livradois, à l’ouest.
Sa source officielle se trouve sur le territoire de Saint-Bonnet-le-Bourg, au lieu-dit « Bois de Berny », à une altitude de 1 065 m. Elle est d’abord appelée ruisseau de Berny puis ruisseau d’Aubianges avant de prendre son nom définitif à son arrivée sur le territoire de Doranges.

Elle traverse Ambert à l’écart de son bourg et Courpière juste en dehors de son centre historique, et passe de plus à proximité immédiate de Sauviat, Néronde, Peschadoires, Thiers, Noalhat, Dorat et Puy-Guillaume. Son confluent avec l’Allier se trouve à la hauteur de Ris en amont de Saint-Yorre (près de Vichy) et en aval de Puy-Guillaume.

Deux centrales hydro-électriques ont été construites pour bénéficier de son débit : centrale dite de Sauviat (à cheval sur la commune de Saint-Flour) et centrale d’Olliergues.

La Dore constitue la véritable épine dorsale du parc naturel régional Livradois-Forez.

Son débit a fortement diminué depuis le XIXe siècle, par suite du reboisement intensif pratiqué dans les monts du Livradois et du Forez, consacrés pendant de longs siècles à des activités de pâturage. La diminution de ce débit a ainsi entraîné la disparition de centaines de moulins situés sur la Dore et ses affluents, accélérant ainsi la disparition, dans l’arrondissement d’Ambert, de l’industrie papetière, jadis réputée dans la France entière.

Ses principaux affluents sont :
la Dolore (rive gauche)
la Faye (rive droite)
le Couzon (rive droite)
la Durolle

Hydrologie de la Dore
Le débit moyen annuel de la Dore, calculé sur 17 ans à Dorat (de 1991 à 2007), est de 20,0 m³ par seconde pour une surface de bassin de 1 523 km².
La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit, avec des crues hiver-printemps de 26,0 à 31,4 m³, de décembre à avril inclus et maximales en février, et un étiage de fin d’été-début d’automne, de juillet à septembre, caractérisé par une baisse du débit moyen mensuel jusqu’à 5,09 m³ au mois d’août.

À l’étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,82 m³, en cas de période quinquennale sèche, soit 820 litres par seconde, ce qui n’est pas trop sévère, et normal comparé à la moyenne des cours d’eau du bassin de la Loire (voir note 2 ).

Quant aux crues, elles peuvent être importantes, mais sans trop d’excès comme c’est souvent le cas des affluents occidentaux de la Loire ou, pire, des cours d’eau cévenols. Les QIX 2 et QIX 5 ou débits calculés de crue biennale et quinquennale valent respectivement 190 et 250 m³ par seconde. Le QIX 10 ou débit calculé de crue décennale est de 300 m³ par seconde, le QIX 20 de 340 m³, tandis que le QIX 50 n’a pas été calculé faute de durée d’observation suffisante pour le déterminer valablement (voir note 3 ).

Le débit instantané maximal enregistré à Dorat durant cette période, a été de 356 m³ par seconde le 17 avril 2005, tandis que le débit journalier maximal enregistré était de 296 m³ par seconde le 3 décembre 2003. Si l’on compare la première de ces valeurs à l’échelle des QIX de la rivière, l’on constate que cette crue était d’ordre vicennal, et donc guère exceptionnelle. La lame d’eau écoulée dans le bassin de la Dore est de 415 millimètres annuellement, ce qui est relativement élevé en France et nettement supérieur à la moyenne d’ensemble du bassin versant de la Loire (243 millimètres). Le débit spécifique (Qsp) se monte à 13,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

CURIOSITE DE LA DORE : CHAUMONT LE BOURG / Masselèbre : Le vieux Pont délaissé par la Dore.

Une des curiosités de Masselèbre , petit Hameau en direction des quatres routes en partant de Chaumont, est bien son Pont à deux arches brisées datant certainement du XIVi�me Siècle.Ce vieux pont est orphelin, le rivière Dore ne passe plus sous ses arches mais à une dizaine de mètres, du fait d’une déviation




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN