> Accueil > Les conseils de William COSTES

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
Liens
Les membres du Team
Conseils techniques
Ambert et le Livradois Forez
Auvergne
Balades et activités du Team
Notre association
Conseils pour la route
Moi, j’ai essayé...
Les roadbooks
La VFR
Où se loger à Ambert
Nous contacter

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ecoles de pilotage sur circuit
Tous les circuits français !
Conseils de conduite sur circuit
Quelle moto choisir pour rouler sur circuit ?
Le MIB en stage BMC à Lédenon
L’équipement du pilote



logo ARTICLE 405




Les conseils de William COSTES

mardi 14 mars 2006


Vous pouvez trouver une multitue d’infos sur la conduite sur circuit sur le site du BMC : l’école de pilotage de William COSTES et Adrien MORILLAS : www.bmc-moto.com .

Ci-dessous quelques conseils... à la volée !

-  PREPARATION DE LA MOTO
Elle consiste principalement à dégonfler les pneus !

Globalement, quelles que soient les recommandations constructeurs, la pression à l’avant doit être de 2,1 et à l’arrière de 1,9.
Ceci permet d’assurer une montée en température du pneu et donc une bonne adhérence de la moto sur la piste, une meilleure accroche lors des prises d’angle.

Sur un vrai stage de pilotage, il faut aussi durcir les suspensions, avant et arrière, afin de limiter au maximum les variations d’attitude de la moto, notamment liées aux fortes accélérations et décélérations.

-  LA POSITION SUR LA MOTO
Certains conseils sont logiques, d’autres en contradiction avec ce qui a té vu pendant le permis... il faut désapprendre... être détendu, avoir les coudes fléchis, avoir le dos non droit, ne pas serrer le réservoir avec les genoux, être reculé sur la selle (entre 5 et 10 cm du réservoir)

En résumé, il faut laisser vivre la moto et lui permettre de vivre entre les jambes. On doit ensuite être mobile sur la moto, et bouger de part et d’autre de la selle dans les virages.

-  LES REPOSE PIEDS
L’importance des repose-pieds n’est jamais mentionnée lors du permis.
Ils permettent de faire tourner la moto au même titre que le guidon, et peuvent même être plus important que ce dernier. Ils servent à la fois d’appui pour se déplacer sur la moto mais aussi pour mettre la moto sur l’angle.

-  LE FREINAGE
On freine en ligne droite, avec le frein avant, et avant le virage (jamais dans le virage - sauf légèrement avec le frein arrière éventuellement mais jamais le frein avant - : sinon, c’est la chute assurée).

On freine avec deux doigts uniquement, ce qui permet de garder les autres doigts sur le guidon et de continuer à le tenir fermement.

Le freinage s’effectue bras tendus, sans hésiter à "se jeter en arrière", afin de mettre du poids sur et compenser ainsi en partie le transfert de masse vers l’avant qui a lieu lors du freinage.

- Frein Arrière Adrien pensait ne jamais utiliser le frein arrière jusqu’au jour ou en course, il a quand même couru avec un frein arrière HS. Il s’est alors rendu compte qu’il l’utilisait quand même, mais de façon instinctive.

Le frein arrière est un ralentisseur. Il ne permettra jamais d’arrêter de façon efficace une moto et surtout il comporte toujours le risque de bloquer la roue arrière, d’entraîner un dribble et une glissade sur la roue arrière. Ce risque n’existe pas avec la roue avant.

En fait, il peut être utilisé en début de freinage appuyé afin de remettre de l’appui sur l’arrière ou en cours de virage afin de ramener la moto dans la courbe au cas où l’on serait rentré trop rapidement.

- Frein avant C’est le frein avant le plus efficace. C’est aussi la raison pour laquelle il est toujours fortement dimensionné, surtout par rapport au frein arrière.

Lors d’un freinage, on assiste à un transfert de masse, de l’arrière vers l’avant. La moto plonge vers l’avant, l’adhérence du pneu avant est maximale. A contrario, l’arrière se relève, le pneu peut simplement lécher la piste ; du coup, un simple appui sur la pédale de frein arrière bloque facilement la roue qui n’adhère presque plus à la piste.

Plus la moto penche, plus elle tourne ; la vitesse écarte la moto du virage. Bref, la position dans le virage se gère sur un filet de gaz. Mais dans l’absolu, on ne touche pas à l’accélérateur dans le virage mais seulement après le point de corde.

Lors des exercices, on arrive à 140 km/h en bout de ligne droite, on prend les freins au premier plot pour presque s’arrêter quelques dizaines de mètres plus loin au second plot.

Une fois que l’on a terminé de freiner, on coupe les gaz et on laisse "tomber" la moto dans le virage.

-  LA TRAJECTOIRE Une bonne trajectoire permet de passer plus vite, sans prendre plus d’angle. Dis d’une autre manière, à vitesse égale et avec une bonne trajectoire, on prend deux fois moins d’angle.

La trajectoire est importante dans les virages dont on distingue deux types : Le virage à rayon constant Le double virage

L’objectif est de faire du double virage, un seul virage.




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN