> Accueil > Conseils pour la route > Préparer ses voyages, week-ends, départs en vacances.

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
Rouler sans radar

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Les Bons conseils d’un Joe Bar
Bien se préparer pour une balade
Rouler en groupe








Préparer ses voyages, week-ends, départs en vacances.
QUELQUES CONSEILS POUR LES VACANCES

mardi 15 juillet 2003, par Nicolas


La plupart des conseils énoncés ci-dessous pourront vous paraître superflus ou connus de tous... mais nous vous engageons à en prendre connaissance avant de partir en week-end ou en vacances.

Bonne route !

-   BIEN PREPARER SON VOYAGE

1)Préparer sa moto
Vérifier les points suivants sur votre moto :
- les niveaux
Huile, liquide de frein, de refroidissement... et essence bien sûr !

- la tension de la chaîne
Ni trop tendue ni trop souple pour ne pas sentir d’à coups de transmission et risquer la casse.
Elle doit être graissée de manière uniforme 12 heures avant le départ... histoire de ne pas repeindre votre flanc de carénage.

- la pression et l’usure des pneus
La juste pression comme l’usure sont un facteur de sécurité, surtout si vous roulez longtemps sur autoroute.
La pression doit être contrôlée à froid.
Dans le cas d’un contrôle à chaud, ajouter 0.3 bars à la pression conseillée.
Ne JAMAIS dégonflé à chaud !

Vérifiez le niveau d’usure de vos pneus à l’aide des témoins d’usure : les petites bosses au fond des sillons ou des sculptures.
Si la hauteur de gomme arrive au niveau de cette bosse les pneus doivent être changés, car votre sécurité n’est plus suffisante et de plus vous êtes en infraction.
Les sculptures du pneumatique trop usées ne permettent pas dans ce cas d’évacuer l’eau qui s’accumule sous vos pneumatiques, provoquant une perte de contrôle de votre moto.

- les réglages d’amortisseurs :
Si vous partez en week-end, vous emporterez nécessairement plus de chargement que pour une balade (valises, top case...).
Il faudra nécessairement modifier les réglages de vos amortisseurs pour ne pas perturber la tenue de route de votre moto. Si vous ne savez pas comment faire, vous trouverez tous les conseils et explications dans la rubrique « technique » de notre site.


- Répartition du poids :
Il est important de répartir le poids du chargement sur votre moto de manière homogène, pour ne pas perturber son comportement et sa tenue de route.
N’oubliez pas que le surcroît de poids ne se répartit pas uniquement sur l’AR mais aussi sur l’AV, et que comme c’est du poids qui est "haut" sur la moto, le transfert de masses sur l’AV au freinage sera plus important. Il faut donc durcir AUSSI la fourche AV.

2) Ne pas faire les choses à la dernière minute
Préparer son départ (bagages, équipement de pluie, fringues, monnaie..) vous soulagera du stress d’un oubli éventuel... Voyage préparé = sérénité = stress oublié = sécurité

3) Bien manger la veille
Lorsque l’on voyage, à fortiori dans des conditions difficiles (long trajet, conditions climatiques hasardeuses, froid ou humidité) certaines précautions permettent d’éviter la fringale ou la somnolence.

La veille du départ, pensez à faire le plein d’énergie et à vous hydrater correctement. Ne pas hésiter à faire un avant dernier repas copieux à base de féculents (pâtes, riz...).

-   AVANT DE PARTIR
- Vérifier l’accessibilité de votre carte bleue ou de votre monnaie
Histoire de ne pas chercher votre monnaie ou votre CB pendant deux plombes au péage...

- Vérifier l’accessibilité de vos équipements de pluie
Histoire de ne pas poireauter deux plombe sous la pluie en cas d’averse pour trouver et enfiler votre combinaison de pluie.
Ne vous arrêtez pas sur la bande d’arrêt d’urgence ou sous un pont ! L’espérance de vie d’un motard sur la bande d’arrêt d’urgence est de 20 minutes...

Il vaut mieux se mouiller un peu plus et s’arrêter sur une aire de repos ou dans un abri d’urgence et être sûr d’arriver à bon port.

- Eviter la petite fringale
Le jour du départ, mieux vaut prendre un repas plus léger que la veille, environ trois heures avant le départ, pour éviter d’être en pleine digestion pendant le trajet.


-   PENDANT LE TRAJET
- Eviter le p’tit creux
La consommation d’aliments riches en glucides (barres céréales, fruits secs...) est recommandée pour éviter le coup de pompe et l’épuisement ou la fatigue.

Il faut boire régulièrement pour éliminer les toxines de la fatigue.

- Faire des pauses
Toutes les deux heures, la pause s’impose !
Les pauses permettent de manger un bout, de se réhydrater ou de reposer ses lombaires.

- Restez attentifs... mais n’abusez pas du café !
La caféine consommée en quantité raisonnable est un stimulant qui diminue la perception de la fatigue et augmente la vigilance du pilote.
En revanche, ses effets sont négatifs au-delà de 4 tasses.
Stress, anxiété, tremblements, accélération du rythme cardiaque... pas vraiment l’idéal pour arriver à bon port dans les meilleures conditions !

De plus, la caféine diminue la moyenne kilométrique du fait de ses puissants effets diurétiques !

- Respectez le code de la route
Ca serait vraiment con d’arriver au meeting avec quelques poitns en moins sur votre permis ou quelques euros laissés aux compagnons sarkoziens.

Afin d’éviter tout problème de ce genre, mais surtout pour faire la route en toute sécurité, respectez les autres usagers, les panneaux d’indication... et les limitations de vitesse !

Si vous venez de Lyon, nous vous rappelons que l’autoroute entre St Germain laval et Thiers est limité à 120 km/h.

- Contrôlez l’arrimage de vos bagages
Si vous arrimez vos bagages à la va-vite, vous risquez de perturber la lisibilité des indicateurs lumineux (les phares ou clignotants) ou de votre plaque d’immatriculation, ce qui vous rendra vulnérable face aux autres usagers de la route.

Contrôlez l’arrimage de vos bagages pour ne pas les perdre en cours de route...

- La combine de pluie
Bêtasses comme on l’est tous, on attend souvent le dernier moment pour l’enfiler (il pleut déjà !).

Si vraiment vous décidez de vous arrêter sous un pont :
-> PREMIERE chose à faire :
placer la moto juste contre le rail, juste après le dernier pilier du pont, moteur au ralenti (ou au moins laisser le contact), et avec le clignotant GAUCHE allumé. Dans l’ombre du pont, ça se voit très bien.

-> DEUXIEME chose à faire :
Passer immédiatement DERRIERE LE RAIL.
Comme ça, on a au moins le rail et les deux ou trois piliers du pont comme "blindage" au cas où ...
Evidemment, si un semi transportant 30000 litres d’acétone se paye le pont... Mais au moins on aura mis toutes les chances de notre côté.

Le fin du fin : que la combine soit accessible sur la moto de DERRIERE le rail ...

Nicolas




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN