> Accueil > Conseils pour la route > Les Bons conseils d’un Joe Bar

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
Rouler sans radar

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Préparer ses voyages, week-ends, départs en vacances.
Bien se préparer pour une balade
Rouler en groupe








Les Bons conseils d’un Joe Bar

samedi 8 juin 2002


Petits conseils piqués à droite et à gauche dans la BD Joe Bar Team

Les fléaux du motocycliste

En dehors des policiers et gendarmes, le motard connaît hélas, bien d’autres prédateurs. Parmi eux :

LE GASOIL !

Le gasoil est un carburant gras, bon marché, qui sent très mauvais. Il a été inventé par hasard à la suite des travaux d’un savant fou qui cherchait à mettre au point un parfum destiné à attirer les putois. En dehors des automobilistes radins, les routiers en raffolent, au point d’en gaver plus que de raison le réservoir des camions qui, évidemment, déversent leur trop-plein au premier virage venu. C’est la fameuse flaque de gasoil, bien connue des centaines de motards dépourvus d’odorat qui, chaque année, ont la malchance d’y poser leurs roues.

LES BANDES BLANCHES

Les bandes blanches et autres marques au sol sont en plastique, donc glissants comme du verglas dès qu’il pleut ( c’est-à-dire, en gros, 300 jours par an). Ces marques prolifèrent d’année en année, à tel point qu’aujourd’hui on recense :

-  les lignes continues ;
-  les lignes pointillées ;
-  les zébras ;
-  les passages protégés ;
-  les fléchages ;
-  les lignes de priorités ;
-  les "Vas-y Poupou !"

(Ce dernier marquage tend toutefois à disparaître. On n’en rencontre plus guère que de vieux spécimens aux abords du col du Galibier dans les Hautes-Alpes, et à l’approche du Tourmalet dans les Hautes-Pyrénées).

Conclusion : par temps de pluie, roulez sur les trottoirs, les talus, où vous voulez mais jamais sur la route. C’est bien trop dangereux.

LES RAINURAGES

Miner les routes aurait risqué d’accidenter l’automobiliste, les bombarder aussi, apposer des tireurs à la mitraillette sur les bas-côtés également. C’est pourquoi .... les rainurages furent inventés. Grâce à eux, seuls les motards sont en danger. En dehors de les éliminer, les rainurages n’ont aucune utilité. Cependant les motards peuvent s’estimer heureux qu’il n’y ait pas encore des filins d’acier tendus horizontalement à hauteur de cou ...

LES PIETONS

Les piétons sont des bipèdes qui traversent la route quand le motard ne s’y attend pas. Eperonné bien comme il faut, le piéton doit se retrouver face au motard, à cheval sur le phare. Le motard bien élevé peut profiter de cette rencontre fortuite pour lui proposer de l’amener jusqu’à son lieu de destination. Mais en général le piéton refuse. Comme quoi la bonne volonté est rarement récompensée....

L’équipement du motard

Exposé aux affres de la chute, au froid et aux intempéries, le motard se doit d’avoir un équipement complets :

Le casque

Dans tous les cas, le port du casque est impératif. Il s’agit de la carrosserie du pilote, il doit donc être choisi avec la plus grande précaution.

Quelques réponses à vos interrogations sur les casques : ......

1. "Je ne vois rien au travers...." Vérifiez bien la visière. Soit elle est fumée et vous roulez dans un tunnel, soit dans l’euphorie du départ vous avez enfilé l’intégral du mauvais côté. Dans ce dernier cas, une simple rotation du cou devrait suffire pour que tout rentre dans l’ordre.

2. "A quoi servent les deux anses sur les côtés ?" Méfiez-vous, on vous a sûrement revendu un pot de chambre en faïance de Gien.

3. "En ville, les gens me crient :.... " T’auras pas l’Alsace et la Lorraine !" Il s’agit certainement d’un casque à pointe modèle 1916. Non homologué, sauf à Verdun.

4. "Dès qu’il pleut, ma tête est mouillée...." Vous avez sans doute confondu avec la passoire familiale.

5. "Dans la rue, les gens me jettent des pierres..." Un vendeur mal intentionné vous aura refilé la moumoute de Dick Rivers.

Les gants

Ils doivent absolument comporter autant de doigts que vos mains. Si les doigts des gans vous semblent exagérément longs et munis de petites ventouses, méfiance. Le vendeur tente de se débarasser de ses pieuvres.

Les bottes

Choisissez-les trois pointures au-dessus de votre taille. Ainsi, en plus des pieds, il sera possible d’y glisser de la paille, des vieux journaux et une paire de chaussettes tricotées en poil de chameau.

Le blouson

Il doit être noir et large d’épaules. .... Ceci afin d’effrayer l’automobiliste pleutre. En qualité de cuir, les sportifs choisiront la peau de limande plutôt que le veau.

La combi de pluie

Prenez-la étanche de l’extérieur.... ... plutôt que de l’intérieur. Cela vous évitera d’être à la fois trempé sous les averses, et inondé de sueur le reste du temps. Préférez les modèles transparants. Vous repérerez aisément l’endroit du pantalon où vous avez oublié vos clés.

Les différentes façons de rouler :

À fond

Pour rouler à fond, rien de plus simple. Cela nécessite juste une bonne souplesse du poignet droit et un optimisme chevillé au corps.

Le motard qui roule vite est un homme respecté et admiré de tous. Son courage séduit les femmes, son assurance au guidon fait envie aux Poireaux, et si d’aventure il finit par se faire mal, c’est en héros qu’il sera accueilli à sa sortie d’hôpital. Ses cicatrices lui assurant dès lors un sommet d’audiance aux soirées du club.

Le pilotage élégant

Le pilotage élégant réclame une excellente maîtraise de la moto, une solide expérience de la route, et une lucidité sans faille.

Autant dire qu’il n’est pas le plus usité, loin de là.

Rouler doucement

Rouler doucement est la pire manière qui soit.

Le motard lent est un pleutre, un lâche, un dégonflé, un traître, un collabo, un peureux et un couard. Ce triste individu sert de défoulement les soirs d’étapes, ceux qui roulent vite ayant le droit de lui cracher dessus et de l’humilier publiquement. Le motard lent a donc son utilité, voilà pourquoi son espèce est protégée.




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN