> Accueil > La VFR > 2002 : PLUS DE SPORT ET DE TECHNOLOGIE

The Bougnat Spirit
RUBRIQUES ASSOCIÉES :
RC 36
RC 24
RC 46

DANS LA MEME RUBRIQUE :
VTEC 2002, 6 ans déjà !








2002 : PLUS DE SPORT ET DE TECHNOLOGIE

mardi 14 mai 2002, par Nicolas


Tous les quatre ans les ingénieurs Honda lancent une nouvelle version de la VFR. Tous les aficionados du V4 attendaient donc avec impatience l’apparition du modèle 2002...

La première chose qui surprend est l’esthétique générale de la nouvelle VFR.Lignes agressives, avant fuselé et presque pointu : la tendance affichée est la sportivité.

La VFR possède désormais deux pots d’échappement placés sous la selle. Si cela met bien en valeur la roue arrière sur son monobras, cela permet surtout à Honda de proposer des valises en option aux couleurs de la VFR.

La VFR innove encore plus au niveau technologique avec l’apparition du système VTEC, déjà utilisé en 1983 sur les CBR 400F (un petit roadster jamais importé en France) et par la branche automobile de Honda sur la Civic.

En dessous de 7000 T/mn, seules 8 des 16 soupapes fonctionnent. Une fois décomprimé, un ressort retient un coulisseau qui empêche tout mouvement de la soupape.

Au-delà des 6800 T/mn, une pression hydraulique comprime le ressort, qui rappelle le coulisseau et libère la soupape qui peut fonctionner à volonté. Ce schéma se répète pour les huit soupapes alternatives (4 d’admission et 4 d’échappement) de mi-régime jusqu’au limiteur. A la décélération, en dessous des 6800 T/mn, le duo ressort/coulisseau stoppe de nouveau les soupapes.

Ce système VTEC a pour objectif de masquer la faiblesse que le V4 connaissait aux alentours des 6500 T/mn depuis 1994.Et force est de constater qu’Honda a bien réussi son coup ! Les montées en régimes sont fulgurantes, et l’on aime à jouer avec ce moteur survolté. Pas de doute, la VFR est désormais plus une sportive routière qu’une routière sportive.

Toutefois, on note un véritable plus à bas-régime où la VFR reprend sans broncher, et n’impose plus à son pilote de rentrer un rapport pour sortir d’une petite courbe ou d’un rond point à basse vitesse.

Autre révolution, l’infatigable commande de distribution par cascade de pignon, gage de fiabilité caractérisant laVFR depuis tant d’années, est abandonnée au profit d’une commande de distribution par jeu de chaînes silencieuses. Cela permet de réaliser une baisse de poids de 3 kg, mais le bruit du V4 s’en trouve profondément modifié vers plus de discrétion. Il sera également nécessaire de changer ces chaînes à 50000 km, ce qui représente une opération coûteuse (554€ sur une Yamaha V Max).

La partie cycle n’est pas en reste. La nouvelle fourche Showa de 43mm offre une stabilité supérieure aux anciens modèles, et le système de suspensions à cartouche hydraulique (HMASSS) offre un bon compromis entre rigidité et absorption des irrégularités de la route.

Coté freinage, le système Dual CBS est conservé et toujours aussi efficace. Honda a même conçu deux version de VFR dont une est équipée en plus d’un système de freinage ABS et d’un réglage manuel de la suspension arrière, bien pratique pour les grands voyageurs. Si l’ABS n’est pas indispensable, sa présence est rassurante sur sols mouillés ou lors de freinages d’urgence.

La selle, plus basse de 10 mm, semble plus dure lorsque l’on enfourche la moto, mais le bon niveau de confort général est conservé. Le starter désormais automatique, comme sur sa plus proche concurrente la Triumph ST. La VFR accuse également 10 kg de plus sur la balance, mais cet embonpoint ne se remarque nullement à laconduite.

Source : nous remercions les revues Moto Journal et Moto Magazine pour leurs excellents articles qui nous ont permis de réaliser cette rubrique.

Nicolas




SITE VFR TEAM AUVERGNAT | PLAN DU SITE | ADMIN